« Au cours des cent dernières années, l’extension à la fois en largeur et en profondeur des branches multiples du savoir humain nous a mis en face d’un étrange dilemme. Nous sentons nettement que ce n’est que depuis peu que nous commençons à acquérir des données sures pour fondre en un seul bloc la somme totale de tout ce qui est connu : mais d’un autre côté, il est devenu quasi impossible de maitriser plus qu’une petite partie spécialisée de ce tout.

Sous peine de voir notre vrai but se perdre à jamais, je ne vois pas d’autre échappatoire à ce dilemme que d’admettre que quelques-uns d’entre nous se hasardent à un essai de synthèse des données expérimentales et des théories, fut-ce avec des connaissances incomplètes et de secondes mains pour certaines d’entre elles — et au risque de se rendre ridicules.

Voilà pour mes excuses. »

Erwin Schrödinger (1944, Qu’est-ce que la vie ?)

Je n’ai jamais caché que la pédagogie n’était pas vraiment ma tasse de thé (je m’intéresse plus aux versants didactiques et mathétiques du « triangle pédagogique »), mais, le livre de Philippe Meirieu, Frankenstein pédagogue, m’a quelque peu réconcilié avec celle-ci, ou du…



« Un sage prit la parole et dit : cultivez l’émerveillement. Ne cessez jamais d’admirer la beauté, l’harmonie et la bonté du monde. Ne cessez jamais, tels d’éternels enfants curieux de tout, de vous interroger. » Frédéric Lenoir